Dernières nouvelles

IHRDA organise un atelier de formation pour le Litigants’ Group sur le contentieux et le plaidoyer en matière de justice transitionnelle auprès de la Commission africaine

By novembre 29, 2018 No Comments

Banjul, le 29 novembre 2018

L’« Institut des droits de l’homme et du développement en Afrique » (IHRDA) organise un atelier de formation à l’intention des membres du « Groupe de plaideurs pour le renforcement du mandat de protection de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples » (le « Litigants’ Group ») sur le contentieux et le plaidoyer en matière de justice transitionnelle auprès de la Commission africaine.

L’atelier se déroule du 29 au 30 novembre 2018 à Nairobi, au Kenya.

L’atelier a pour objectif de renforcer la capacité et le rôle du « Litigants’ Group » en matière de soumission des communications et de plaidoyer sur les questions de justice transitionnelle auprès de la Commission africaine. L’atelier se focalise sur les aspects de contentieux qui se posent dans des contextes de conflits, y compris les violations massives et graves commises pendant les conflits armés et les régimes autoritaires. Bien que de nombreux membres du « Litigants’ Group » connaissent bien le système africain des droits de l’homme, l’atelier vise à traiter des difficultés que de tels cas soulèvent pour les plaignants ou leurs conseils qui souhaitent initier des plaintes et comprendre des stratégies pour surmonter les obstacles d’ordre procédural ou autre. Les sessions traiteront du contentieux stratégique en matière de la justice transitionnelle, les exigences procédurales, l’application de la Charte africaine dans des affaires connexes, la collecte des preuves adéquates et pertinentes pour les violations et le processus de documentation des violations pour le contentieux ou le plaidoyer connexe auprès de la Commission africaine. L’atelier va aussi examiner les stratégies permettant de surmonter certains des obstacles, tant en matière de contentieux que de constitution de dossiers sur le terrain, afin de mener à bien ces procédures.

Il convient de noter que cette activité est organisée dans le cadre d’un projet financé par la Fondation John D. et Catherine T. MacArthur, pour appuyer le cadre de la politique de justice transitionnelle de l’Union africaine.