Dernières nouvelles

Déclaration du Forum des organisations nationales des droits humains (FONADH)-Mauritanie lors de la Journée Mondiale du Réfugiés 2011

By juin 20, 2011 juin 22nd, 2011 No Comments
From Mauritania returnees: IHRDA-OSJI monitoring mission

La célébration de la Journée Mondiale du Réfugié 2011 qui coïncide cette année avec le 60 eme anniversaire de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, est une occasion pour le FONADH, de manifester une solidarité agissante à toutes les personnes obligées de vivre ailleurs que chez elles, notamment avec nos frères et sœurs originaires d’Afrique et d’ailleurs et vivant parmi nous, en Mauritanie.

C’est aussi l’occasion de rappeler à l’opinion publique nationale et internationale la situation des réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali, en dépit de l’évolution récente de celle-ci. S’il est vrai que des efforts non négligeables ont été consentis par l’Etat mauritanien, en partenariat avec celui du Sénégal et le HCR, pour le retour organisé et dans la dignité des milliers de personnes en exil forcé au Sénégal, il reste que l’opération est aujourd’hui inachevée.

D’après les estimations les plus courantes, plus de 5 000 personnes attendent toujours au Sénégal d’être rapatriées. Les mêmes sources indiquent que 9 000 autres personnes attendent, au Mali, leur rapatriement en Mauritanie.

Or, depuis décembre 2010, les opérations de « rapatriement organisé » et de « rapatriement assisté », ont été déclarées closes. Elles ont toutefois permis, depuis le 29 janvier 2008, le retour en Mauritanie de 20 484 personnes, anciennement réfugiées au Sénégal. Les réfugiés au Sénégal et au Mali, non encore rapatriés devront encore vivre le calvaire de l’exil forcé, depuis 1989.

Les autorités mauritaniennes tiennent, selon leurs discours à préserver et renforcer l’unité nationale. Or, les déportations et les nombreux crimes de faciès de 1989 à 1990, constituent une entrave très profonde au ciment de l’unité nationale. Il faut donc des mesures vigoureuses et sérieuses pour contribuer à la cohésion sociale et à la réconciliation nationale.

Il faut noter à cet effet que les mesures prises par les autorités restent insuffisantes et ne répondent pas à toutes les attentes des victimes :
 le recensement des anciens fonctionnaires et agents de l’Etat, réalisé depuis janvier 2010, n’a connu aucune suite, en dépit des réunions de la Commission nationale créée par décision du Conseil des Ministres du 15 octobre 2009 ;
 l’indemnisation des veuves et orphelins des victimes des exécutions extra-judiciaires est non seulement non concertée, mais encore n’intéresse qu’une partie des victimes ;
 le recensement des sépultures est une décision non concertée et non préparée ;
 le recensement des victimes des forces armées et de sécurité est une opération comparable à la précédente.
C’est dire que même si la volonté politique de résoudre les problèmes était réelle, la mise en œuvre des solutions à ce qu’il est convenu d’appeler le « passif humanitaire » reste incomplète. Or, en matière de droits humains, l’omission n’est pas permise.

Il faut signaler qu’avant le début des opérations de rapatriement organisé, plus de 50 000 personnes étaient rapatriées, soit dans le cadre du PSIR, soit sans l’assistance d’aucune institution.

Ainsi, un seul réfugié qui exprime son désir de rentrer au pays qui demeurerait non rapatrié, amenuiserait tous les efforts consentis pour le rapatriement de plus de vingt mille personnes. Il en est de même des veuves et ayants droit et de toutes les autres catégories de victimes.

En effet, au moment où les autorités mauritaniennes veulent régler définitivement la situation des personnes victimes des douloureux évènements de 1989, quel sort sera réservé à cette catégorie ? En effet aucune mesure de réparation n’a été entreprise en leur faveur jusqu’à ce jour, ce que constitue une grande injustice.

Il est temps de terminer les opérations de rapatriement des réfugiés mauritaniens au Sénégal et de commencer celles concernant les réfugiés mauritaniens au Mali.

Il faut préciser que les 20 484 personnes rentrées depuis 2008, font face à des difficultés, liées notamment à :
• à l’accès aux terres de culture,
• à l’emploi et à
• l’obtention des pièces d’état civil.

Le FONADH saisit l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale du Réfugié, pour lancer un appel pressant à toute l’opinion publique nationale et internationale, pour une mobilisation réelle et sincère, en faveur de la finalisation dans les meilleures conditions de dignité, de sécurité et de transparence, des opérations de rapatriement des réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali.

Fait à Nouakchott, le 20 juin 2011

Les organisations signataires

1. Association des Femmes Chefs de familles (AFCF),
2. Association Mauritanienne des Droits cde l’Homme (AMDH),
3. Association Mauritanienne pour la Promotion de la Langue et de la Culture SOONINKE (AMPLCS),
4. Association pour la Renaissance du Pulaar en RIM (ARPRIM),
5. Association pour le Renforcement de la Démocratie et de l’Education Citoyenne (ARDEC),
6. Comité de Solidarité avec les Victimes des Violations des Droits Humains en Mauritanie(CSVVDHM),
7. Groupes d’Etudes et de Recherches sur le Démocratie et le Développement Economique et Social (GERRDES),
8. Ligue Africaine des Droits de l’Homme (Section Mauritanie),
9. Ligue Mauritanienne des Droits de l’homme (LMDH),
10. Regroupement des Victimes des Evénements de 1989- 1991 (REVE),
11. Collectif des Veuves,
12. SOS – Esclaves.