IHRDA a été crée en 1998 à Banjul, en Gambie, par deux juristes des droits de l’homme qui avaient travaillé avec le Secrétariat de Commission africaine des droits de l’homme et des peuples.

L’objectif de l’IHRDA est de contribuer à l’édification d’un continent où tous les individus auraient droit à la justice, en faisant recours aux lois et institutions nationales, africaines et internationales protégeant leurs droits fondamentaux.

Son mandat est d’améliorer l’effectivité et l’accessibilité des mécanismes de protection des droits humains de l’Union africaine à travers la sensibilisation sur ces mécanismes, vu que l’un des plus grands défis à l’effectivité du système africain de protection des droits humains est la méconnaissance par les populations africaines des procédures qui régissent ce système. L’IHRDA a pris l’initiative de promouvoir les droits humains sur le continent en renforçant les institutions africaines de droits humains, en faisant de sorte que les traités relatifs aux droits humains soient respectés et en rendant le système africain largement accessible aux victimes des violations des droits humains et aux acteurs de la société civile.

Il estime par ailleurs que le droit africain des droits l’Homme peut être un instrument efficace pour le plaidoyer et la justice, si la société civile dispose de l’information et de la formation nécessaires, pouvant lui permettre d’utiliser d’une manière effective les traités relatifs aux droits de l’Homme.

Pour accomplir la mission qu’il s’est assigné, l’IHRDA utilise son expertise dans la mise en œuvre du droit africain des droits l’Homme pour :

  • Former les ONGs, les défenseurs des droits humains et autres acteurs de la société civile, sur la documentation des cas de violation des droits humains, la préparation et la soumission de ces cas devant les instances africaines de protection des droits de l’homme;
  • Fournir une assistance juridique gratuite aux individus et ONGs ayant des contentieux contre les Etats parties aux divers traités africains de droits de l’homme, devant les organes de mise en oeuvre de ces traités;
  • Faire des recherches sur les nouvelles questions liées aux  droits de l’homme et au développement en Afrique pour des publications et la dissémination;
  • Faire le plaidoyer en faveur des reformes juridiques dans les domaines des droits de l’homme et des politiques de développement tant au niveau national qu’africain.

Le 11 février 2008, IHRDA célébrait les dix années de son combat pour les droits humains en Afrique. Durant toute l’année 2008, les publications de l’IHRDA ont été annotées par un logo spécial du dixième anniversaire.

Cliquez ici pour la déclaration publique faite lors de cet anniversaire.

Programmes

Depuis sa création en 1998, l’IHRDA n’a cessé d’apporter sa contribution pour le renforcement du système africain de protection des droits humains en offrant une assistance juridique gratuite aux victimes des violations de droits de l’homme, en organisant des ateliers de formation et autres activités de renforcement des capacités en faveur des juristes et défenseurs des droits humains et en faisant des publications.

L’IHRDA a travaillé individuellement ou avec des partenaires dans différents pays africains comme la Mauritanie, la Sierra Leone, la Guinée, le Swaziland, le Liberia, la Gambie et est présentement à l’œuvre au Nigeria, en République démocratique du Congo, au Kenya, en Ethiopie, au Zimbabwe, en Angola où elle fait soit un travail d’assistance juridique, soit un travail de renforcement des capacités.

Dans le but de faire avancer les droits de l’homme sur le continent à travers la mise en œuvre des traités africains de protection des droits de l’homme, l’IHRDA a mis sur pied trois principaux programmes qui sont en réalité complémentaires et interdépendants : le plaidoyer juridique, la renforcement des capacités et publications et communications.