Banjul, le 24 février 2021 : IHRDA et l’Association pour le Progrès et la Défense des droits des Femmes au Mali (APDF) organisent un atelier de formation sur le contentieux stratégique en matière des droits des femmes du 24 au25 février 2021, pour les défenseurs des droits des femmes et des filles au Mali et Sénégal.

L’atelier vise à doter les défenseurs des droits des femmes des connaissances et des compétences nécessaires pour engager des contentieux stratégiques pour des cas de violence basée sur le genre et d’autres violations faites aux femmes/filles, et pour renforcer le plaidoyer contre de telles pratiques, en utilisant les instruments et mécanismes régionaux des droits de l’homme.

Les sujets abordés comprennent un aperçu de la situation des droits des femmes/filles au Mali et au Sénégal, les cadres normatifs régionaux et internationaux portant sur les droits des femmes/filles, les procédures et techniques du contentieux devant les mécanismes régionaux, notamment la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant et la Cour de la CEDEAO.

Les participants vont aussi échanger sur l’utilisation des instruments juridiques tels que le Protocole de Maputo, la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes pour la protection des droits des femmes/filles dans leurs pays respectifs, ce qui sera suivi de l’identification des potentiels cas de violations des droits des femmes/filles pour d’éventuels contentieux devant les mécanismes compétents.

Cette activité s’inscrit dans un contexte où les droits des femmes/filles continuent d’être violés, avec un besoin croissant pour les défenseurs des droits des femmes locales de répondre de manière adéquate à ces violations et de garantir la justice pour les personnes impliquées.

L’atelier qui a été ouvert par la Ministre malien des droits de l’homme est financé par Foundation for a Just Society basée aux États-Unis.